Accueil Société Bourbonnaise Production
Accueil Société Bourbonnaise Production
Société Bourbonnaise Production
Femme paysanne Les sillons de la liberté Toi l'Auvergnat dernier paysan Les métiers d'autrefois Les sabots à bascule Diffusion

Vous ètes à l'accueil

Actualités

Lettres ouvertes

Les échos

Filmographie

Presse

Reportages

 

FILMOGRAPHIE
 

Date de naissance : 9 Juillet 1943 à Moulins (Allier)
De 1964 ... Photos, Diaporamas en Corse, Grece, Maroc ...
À 1975 .... Photos sous-marine en caisson étanche.
De 1975 ... Début cinéma en S8 et 16mm
A 1982 .... Courts métrage :

Fiction :

- Le Magot de Sansas City (comédie 16 mm)
- La signature (comédie 16 mm)
- Cé Loupet( comédie 16mn)

Reportages documentaires :

- Le cou de l'Oie
- Pirogue à Beaulon
- Corsica
- Débardage avec les boeufs
- Le maréchal Ferrant
- L'Or du Gardon
Participe à deux dessins animés sur Cellos
(Technique Walt Disney) :"Classé X" et "Water Open"

Cliquez pour agrandir

"LES SABOTS A BASCULE"
Cinéma de CHAUFFAILLES (1990)
Marc HERVE, BILLY
René DURANTON

 

 Cliquez pour agrandir

René et Jaqueline DURANTON
Congrès
des cinéastes indépendants
LORIENT (1995)

1983 : Sélection au festival du court métrage à Clermont-Ferrand :
"La Galaxie du Paradis" fiction de 26mn.
Après son décès, un homme se retrouve sur une galaxie, ce n'est pas la sienne, c'est celle des femmes.
1984 : Cadreur : Film de 16 mn en Cinémascope :
"La Dame en Blanc" : de Philippe MORLAT.
Sélectionné au festival du court métrage à Clermont-Ferrand.
1988 : Création de la Société Bourbonnaise de Production au capital de 500 000 francs.
Production-Réalisation-Distribution.
Production du film : "LES SABOTS A BASCULE" de René DURANTON avec 3 acteurs principaux :
Charlotte JULIAN, Michel MELKI, Billy
30 seconds rôles, 1 000 figurants, tourné en super 16mm
 gonflage 35mm pour salles, Sortie le 03/11/1988,
-50 000 entrées en salles, 120 000 en itinérants
1995 : Sortie de " LES MÉTIERS D’AUTREFOIS" N°1 en cassette Vidéo, avec le film de Georges ROUQUIER, "LE CHARRON", de 1943, et trois autres documentaires de René Duranton et Marcel Contier.

 

 

1999 : Sortie de  "TOI ! L’AUVERGNAT… DERNIER PAYSAN " - 1h30 sur le dernier Bouvier Français. Toujours sans aide des politiques et des Médias, toujours sur Hypothèques.
Le film est tourné avec une première caméra numérique professionnelle Format 4/3.
Tournage sur un an pour avoir toutes les saisons. Trois mois de montage. Le film sort en fin d’année. Résultats mitigés en Auvergne malgré un succès à Chaudes-Aigues au Festival du Documentaire.
Explosion des entrées dans la Loire et dans le Rhône. Dans certaines salles, 300 à 400 entrées par jour. René Duranton équilibre les comptes.

Cliquez pour agrandir

René DURANTON
Tournage du film
"TOI L'AUVERGNAT... DERNIER PAYSAN !"

 

Cliquez pour agrandir

René DURANTON
présente le -film
"LES SILLONS DE LA LIBERTE"

2002 : Réalisation du film "Talents d'Allier" pour le compte du Conseil Général de l'Allier. Regard sur la vie artistique et culturelle du département de l'Allier.
2003 : Sortie " FEMME PAYSANNE " - 2 heures
En 2002, René Duranton rencontre la dernière Bouvière Française dans le Tarn et Garonne.
Coup de foudre : « On commence le film demain ! »
C’est le début du 16/9. Toujours sans argent et sur hypothèques, le film coûtera plus de 200.000 €.
Tournage sur un an, cinq mois de montage. Musique originale de Paco ALEJO.
Le film est un véritable succès partout en France. Environ 120.000 entrées et 40.000 DVD à ce jour.
2010 : Sortie "LES SILLONS DE LA LIBERTÉ" (Dernier Paysan Breton)  - 2 heures
Un des derniers paysans Français à travailler avec des chevaux.
Tournage sur un an, cinq mois de montage, musique originale.
Toujours pas d’aide des politiques, mais les Médias Bretons font des éloges du film. Malgré les réticences à programmer de certains responsables, les salles se remplissent.
En quinze ans, René Duranton a vendu plus de 150.000 DVD. Encore une fois il a gagné.
Il a continué l’œuvre de son maître, Georges ROUQUIER, la vie des paysans dans les années 50 avant le passage au tracteur.
La traction animale, les bœufs, les vaches, les chevaux : des documents inédits pour les jeunes générations, la mémoire pour les anciens.


 

Après deux ans de travail pour l’écriture du scénario, René Duranton prépare un nouveau film :

"LE TRAIN DU 18 JUIN".

Une autre aventure commence...

Cliquez pour agrandir
   


LE TRAIN DU 18 JUI
 (2 heures)

Scénario et Dialogues de René DURANTON

SYNOPSIS
-

A partir d'une histoire vraie romancée, ce film historique au suspens permanent fait découvrir l'importante activité des cheminots pendant la guerre de 1940.

Le 18 Juin, c'est l'appel de De Gaulle, mais aussi l'arrivée des Allemands dans la ville de Moulins.

Un train de munitions devant ravitailler le front est stoppé au dépôt. Francis, le mécanicien et Joseph, son chauffeur, sont volontaires pour conduire le train hors de portée des Allemands.
Dans la nuit, les cheminots n'ont pas remarqué une superbe jeune femme blonde qui se cache derrière des wagons. Poursuivie depuis Paris par la Gestapo, sa seule chance est ce train en partance vers le Sud. Chargée de sa grosse valise, elle court, remonte très haut son tailleur sur ses cuisses splendides, monte et referme la porte.

Les aboiements des chiens se rapprochent, des silhouettes de soldats allemands se dessinent sous les rares lampadaires. Surpris, les cheminots s'activent pour accrocher la loco.
Les Allemands sont au bout du quai et crient, mais Francis actionne le régulateur. Dans un nuage de vapeur les roues patinent, le train avance... Un side-car s'avance au niveau de la machine et lâche une rafale. Francis se protège mais le chauffeur est atteint.

Le train s'éloigne à toute vapeur... direction l'Auvergne.

Rien ne pourra arrêter le train du 18 juin, pas même un camion en travers des voies ferrées, ni le mitraillage des stukas etc..

Un taxi est réquisitionné en gare de Moulins par deux agents de la Gestapo. Ils doivent absolument arrêter cette femme coûte que coûte, mais la complicité des cheminots va les promener dans toute l'Auvergne.

Suzie, la belle blonde, remplace le chauffeur décédé. Une idylle se crée avec Francis.

Le train est planqué sur une voie de garage en pleine nature. Une profonde amitié s'établit avec le paysan du coin, un ancien de 14 qui organise des tours de garde avec ses camarades.

Francis et Suzie sont invités au mariage de la fille de ce dernier où un groupe de réfugiées américaines, chanteuses de Boogie-Woogie animera la fête.

Malheureusement la Gestapo retrouve le train. Un combat, véritable duel, s'engage, les deux Allemands, armés de Luger contre les deux anciens armés de Robust 16.

L'Armistice a été signé le 22 juin, la ligne de démarcation le 26.

Nous sommes le 28 juin, le train se retrouve donc en zone libre.



Tous droits déposés et protégés à l'INPi et SACD - 02-10-2012